Leçons d’octobre 2021 – Le point de vue d’un étudiant

Je me souviens avoir lu un jour une idée folle d’Ouspensky dans son livre Un nouveau modèle de l’univers, où il affirme qu’il est possible de prédire l’avenir. L’étrange émotion que cette affirmation a suscitée en moi s’est lentement transformée en une étrangeté quant à l’idée que je me faisais de ce que signifiait, selon moi, prédire l’avenir. Comme tout le monde, lorsque je pense à la prédiction, j’imagine toujours être capable de connaître les numéros de la loterie, ou de prévoir un terrible accident ou une maladie, ou encore de savoir quel temps il fera et de m’habiller en conséquence. J’ai toujours imaginé la prédiction comme étant dans le monde extérieur, et je n’y ai jamais pensé dans le monde intérieur.

En plongeant plus profondément dans la quatrième voie et dans les outils et les nuances qui lui sont propres, je commence à apprécier ce qu’Ouspensky essayait vraiment de dire. L’avenir qu’il nous est possible de prédire n’appartient pas au monde qui est à l’extérieur de nous, mais au monde qui réside en nous.
Nous sommes, dans notre propre expérience individuelle, endormis et vivons la vie à travers des processus mécaniques. C’est pourquoi nous apprenons et pratiquons ce système, pour nous éveiller. Mais ce voyage dure toute la vie, et pendant que nous luttons contre le sommeil, les processus mécaniques nous gouvernent encore. C’est à partir de ces processus que nous avons la possibilité de prévoir l’avenir.

Le modèle d’action fixe (Fixed Action Pattern) est un modèle de comportement observé pour la première fois chez les oies au cours du 20e siècle, une observation qui a gagné en importance lorsque les biologistes ont commencé à observer le même modèle dans tout le règne animal, exprimé de manière unique par chaque animal. Le FAP est une séquence d’actions qui se déroulent dans un ordre séquentiel lorsqu’elles sont soumises à un certain stimulus externe. Chez les oies, on a observé que si un œuf sortait du nid, l’oie se levait, tendait le cou vers l’œuf, utilisait son bec pour le remettre dans le nid, puis se rasseyait. Cette action était fixe, ce qui signifie que même si l’œuf se trouvait juste à côté de l’oie, sans qu’elle ait besoin de se lever et de l’atteindre, l’oie effectuait toujours la même séquence d’actions. Le modèle dictait une séquence fixe de comportement qui serait toujours suivie, dans le détail, mécaniquement.
En tant qu’êtres humains, nous appartenons au règne animal. En tant qu’êtres humains, nous sommes remplis de comportements mécaniques, d’émotions mécaniques, de pensées mécaniques. C’est là que réside le pouvoir de la prédiction.

Quand je parle, je parle mécaniquement. Lorsque je m’adresse aux gens, je le fais de manière mécanique. Quand je bouge, je bouge mécaniquement. J’ai beau travailler, je ne peux jamais me débarrasser complètement d’un comportement mécanique, du moins pas pour l’instant ; et parce qu’un modèle de comportement mécanique est fixé et marqué par une séquence d’actions, en apprenant cette séquence, je peux arriver à savoir comment il va se dérouler lorsqu’il est stimulé.

Avoir une conversation avec une personne que je n’aime pas peut déclencher une réaction négative en moi, et parce que cette réaction est mécanique, elle a un modèle fixe de pensées, d’émotions et de sensations qui se manifesteront toujours ; ou, si je fais la queue pour aller au magasin et que quelqu’un saute devant moi, j’aurai une réaction négative, une réaction mécanique qui s’exprimera toujours par les mêmes pensées, émotions et sensations.

Nous sommes encouragés à apprendre à nous connaître, et à apprendre à connaître nos réactions mécaniques. C’est par cette connaissance de soi que nous pouvons arriver à comprendre les pensées, les émotions et les sensations de nos mécanismes, et une fois que nous les comprenons, être capable de prévoir les situations, les personnes ou les circonstances qui peuvent les déclencher. Comprendre le processus mécanique qui va se jouer est le premier pas pour pouvoir prendre du recul par rapport à lui, ne pas s’y identifier et s’en libérer.

« Avant de parler de connaître l’avenir, il faut savoir de quel avenir il s’agit. Si un homme veut connaître son propre avenir, il doit d’abord se connaître lui-même. »
Gurdjieff