Dans le sujet du mois dernier, Gurdjieff on Creation Part 1, nous avons parlé de deux états : un premier, où nous sommes – sans le savoir – gouvernés par des pensées, des émotions et des sensations soumises au hasard ; un second, où nous nous réveillons etprenons conscience de notre multiplicité.
Nous avons comparé ces deux états avec la création biblique, considérant que c’était une métaphore. La comparaison s’avéra appropriée : avant la création, la terre est dans un sombre chaos, tout comme notre sommeil psychologique est un chaos ; le second état, la création de la lumière, est similaire à la lumière de l’observation de soi qui révèle notre sommeil.
La plupart des auteurs ont admis que l’apparition de la lumière de l’observation de soi était un mystère. Si c’est le cas, si le réveil arrive de façon mystérieuse, il peut alors s’en aller tout aussi mystérieusement. Par conséquent, afin de prolonger le réveil, le processus de création doit continuer.
Ce mois-ci, nous explorerons cette nécessaire deuxième étape, sans laquelle le réveil retombe dans le sommeil.
Le récit biblique de la création continue avec une série de ‘divisions’, de séparations :

Dieu dit : « Qu’il y ait une étendue entre les eaux pour les séparer les unes des autres!… Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent à un seul endroit et que le sec apparaisse ! » Livre de la Genèse

Gurdjieff : la CréationDans la création biblique, la seconde étape est la division. Il est évident que cette étape ne pouvait pas avoir lieu avant l’étape de la lumière (on ne peut pas ranger une pièce en désordre dans l’obscurité), et la vie organique ne pouvait pas être créée sans séparer d’abord les eaux afin de faire apparaître la terre ferme.
S’il s’agit de métaphores désignant des vérités psychologiques, comment la ‘division’ se manifeste-t-elle dans ce microcosme qu’est l’homme ?

Gurdjieff : la Division

“Le travail commence à partir du moment où l’Homme commence à sentir deux hommes en lui-même. L’un est celui qu’il appelle ‘moi’ et que les autres appellent ‘Ouspensky’… L’autre est réellement lui, son ‘Moi’ réel, qui n’apparaît dans sa vie que pour de très brefs instants et qui ne peut devenir solide et permanent qu’après un très long travail.” – Georges Gurdjieff

Gurdjieff : la DivisionLa lumière de l’observation de soi invite à une division. Elle révèle une foule de manifestations intérieures, dont certaines sont utiles, d’autres inoffensives et d’autres nuisibles.
Par exemple, les actions qui déclenchent la lumière sont évidemment utiles à l’éveil. Les actions qui nous maintenaient jadis endormis sont nuisibles. Afin de prolonger notre éveil, nous devons séparer le nuisible de l’utile, et planter nos efforts sur le terrain solide de ce qui est réel.
Gurdjieff insiste sur le fait que cette division est un moment crucial dans le travail. Un homme ne peut pas y arriver seul, parce qu’il se leurre inévitablement lui-même, favorisant les caractéristiques qui le flattent, sans tenir compte de leur utilité à l’éveil.
Cependant, si cette division est accomplie, l’Homme connaît une révolution intérieure où le contrôle par les nombreux ‘moi’s est remplacé par un contrôle nouveau – celui de son vrai ‘Moi’.
Afin d’illustrer ce thème de la division, ce mois-ci j’ai posé à mes auteurs la question suivante: pourriez-vous donner un exemple personnel de manifestation fausse qui doit être stoppée afin que le rappel de soi puisse être prolongé ?

“Pour pouvoir commencer à s’étudier, il est nécessaire de faire une division en soi-même. Vous devez apprendre à séparer ce qui est réel de ce qui est imaginaire. ” – Ouspensky